Emirelo...

Entre le gris et le bleu...
Bienvenue dans mon univers...

Mes petits mots...

Petits mots en mots…pour tracer les émotions furtives et les pensées soudaines ou l’inspiration donne un rythme aux mains qui les transposent…

Asli...

Des acrostiches, rien que pour Elle. Une célébration de l’Amour fou, pour cette muse splendide et bouleversante. Une étoile inaccessible, que j’ai pourtant croisé…

Mes textes...

Des textes et des poésies peut-être plus élaborées, une recherche intérieure qui force à se retrouver, à se trouver seul mais en harmonie avec tous…

L’orange

Je mange une orange. Mais un ange me dérange..

Devenir

J’ai besoin de t’écrire,
Pour devenir…

Ton style

Ton style c’est ton c…

Le rêve

Entre Nous, il y a un rêve…

Rond d’argent

Il y a tes doigts magnifiques,
et ce rond d’argent.
Peu importe, il est Nous…

Asli

A écrire
Sur ta peau
L’amour
Infini…

Asli

A nouveau
Sur le bleu
La vie,
Immobile…

Asli

Askim
Seni Seviyoroum
L’Amour
International…

Asli

A mon Amour
Soleil bleu
La vie avec toi,
Infinie…

Aujourd’hui

J ai troqué ma plume bleue pour une parcelle d’ombre noire
Et ma part d’eau de mère est devenue sanglante. lire plus…

#NiceAttentat

Nous ne serons plus ensemble,
Il ne sourira plus, notre bonheur
Car l’immonde barbarie
Est une abjecte faucheuse d’enfants.

Mes mots en images...

Petits mots en mots…pour tracer les émotions furtives et les pensées soudaines ou l’inspiration donne un rythme aux mains qui les transposent…

Dans nos veines

Dans nos veines

Le long de la rivière, coulent nos veines fleurs…

Pour toi

« Aslim…Merci… »

Une ode d’amour à la muse infinie que tu es…C’est cette quête que je dois poursuivre, je l’ai compris dans cette souffrance, ce manque terrible.

Cette dimension, j’en avais besoin…Je me suis réfugié dans cette création comme pour nous ressentir dans ce mélange de nous où tu es sublime…Dans une émotion, même trop intense, irréelle de beauté…Celle que l’amour peut donner au delà de toutes contraintes…La pureté…

Dans ces images que j’ai visionné des dizaines de fois, il y a toute cette beauté…Je ne pouvais que m’en inspirer…

Je t’aime ainsi et je voulais tellement te le montrer,  je t’aime à la folie de mes larmes bleues…

Tu es maintenant le film d’Emirelo…Une film d’amour, pour toujours…

Mes passions...

Les amis du coeur, Léo, Damien, Robert et Paul… ceux que l’on aurait aimé ou que l’on aimerait connaitre mieux…Mais ceux avec qui on a cette impression de partager tout ou presque, au travers des mots, de la musique, de la musique des mots…

L’ami Léo…celui de toujours…

 

 J’ai tant rêvé de toi de Robert Desnos

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
et de baiser sur cette bouche la naissance
de la voix qui m’est chère ?
J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre
à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante
et me gouverne depuis des jours et des années
je deviendrais une ombre sans doute,
Ô balances sentimentales.
J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie
et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi,
je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres et le premier front venu.
J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme
qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant,
qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois
que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement sur le cadran solaire de ta vie.

Ses mots, sa musique donnent le frisson..

La courbe de tes yeux de Paul Eluard



La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

 

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

 

Parfums éclos d’une couvée d’aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.