Toi, ma muse

J’ai un terrible envie. De toi bien sur, l’obsession se calmera peut-être sous les brûlures de ton sourire.
Mais face au lointain voyage, je me sucre de simplicité, de bouches au caramel. Oui je suis un gourmand en attente.

Encore quelques secondes, ne raccroche pas joli rêve, j’ai tant de mots en nous, retiens moi et je me lâche. Le filet c’est ton corps que j’écris.

« Tu es un soleil un peu vert au fond, et là si doux sur ton ventre, le vent et l’écho se soupirent pour te faire mûrir. D’une course bleue, je rejoins enfin l’étoile. A l’intérieur, tout est calme, si je vis c’est de ton cœur, je n’ai plus à respirer, tu coules dans mes veines. Insatiable, je te trouve ainsi fontaine en survie, lèvres ouvertes aux sentiments.

Je tourne tes cheveux attachés, l’enclume est ronde, elle plonge en moi, soudain, il fait sombre mais la lueur rassure…Ta voix est dans ma bouche, je colle mes yeux aux tiens…j’étouffe…fusion…explosion…Finalement nous sommes et nous serons. »

J’ai tellement envie de toi, tu le sais, tu le sens. Si je te croise, je me demande juste si je te reconnaîtrais.

Toi ma muse

J’ai un terrible envie. De toi bien sur, l’obsession se calmera peut-être sous les brûlures de ton sourire.
Mais face au lointain voyage, je me sucre de simplicité, de bouches au caramel. Oui je suis un gourmand en attente.

Encore quelques secondes, ne raccroche pas joli rêve, j’ai tant de mots en nous, retiens moi et je me lâche. Le filet c’est ton corps que j’écris.

« Tu es un soleil un peu vert au fond, et là si doux sur ton ventre, le vent et l’écho se soupirent pour te faire mûrir. D’une course bleue, je rejoins enfin l’étoile. A l’intérieur, tout est calme, si je vis c’est de ton cœur, je n’ai plus à respirer, tu coules dans mes veines. Insatiable, je te trouve ainsi fontaine en survie, lèvres ouvertes aux sentiments.

Je tourne tes cheveux attachés, l’enclume est ronde, elle plonge en moi, soudain, il fait sombre mais la lueur rassure…Ta voix est dans ma bouche, je colle mes yeux aux tiens…j’étouffe…fusion…explosion…Finalement nous sommes et nous serons. »

J’ai tellement envie de toi, tu le sais, tu le sens. Si je te croise, je me demande juste si je te reconnaîtrais.