Sélectionner une page

Retrouvailles

Bientôt Nous retrouver…

Il y a le temps vide, il est simplement long et parfois triste. Je pourrai m’y perdre d’attendre de t’attendre…Mais ce soir, je frôlerai à nouveau nos endroits. Ceux de nos peaux amoureuses qui se lécheront de bleu…
Dans ces frissons est l’infini…Surtout dès le premier, dans ce moment où mes yeux se posent dans les tiens, le temps vide n’est alors plus rien…
Dans ce contact, il y a tout notre monde, il efface celui qui n’existe pas, car tes bras deviennent les miens…

Oui, ce soir…dans quelques instants, je serai libre…

Les premiers instants…

Les regards se posent puis s’envolent, comme pour s’éviter. La brûlure est forte, celle de se savoir à nouveau nous. Cette sensation est celle de la vie dans l’amour…Les yeux semblent se quitter, mais les mains s’étreignent et s’aiment à nouveau.
La peau n’oublie pas la peau, elles n’auront de cesse de fusionner pour se ressourcer.

Dans ce partage unique à l’instant des retrouvailles, naît le seul air pur pour les coeurs jumeaux.

Les fleurs jaunes

Dans les fleurs jaunes, nous aurions dû nous aimer,
pour donner à la terre le gout de nos sucs.
Dans les fleurs jaunes, nous aurions dû rester
pour laisser le printemps vivre de nos cœurs.

Puis danser sur la route,
les doigts endormis de nos nuits,
enlacés toujours,
nous aurions dû…

Mais des terrasses aux yeux fixés
sur notre évidence,
jaillit le manque de liberté
qui conduit aux adieux.

Sanctuaire

Illusionne nous muse d’un rêve
Où le pouls solaire deviendrait bleu.

A nos si fragiles empreintes
Ne collerait plus le masque de l’ennui.

La boue du chemin se serait égarée
Aveuglée par ta flamme rassurante.

De celles qui écarte le noir de mes doigts
De celles qui nous rassemble…

Vers ce seul endroit,
Là où muse tu dors et nous crées
Et là où je dors en toi…

Tant qu’il y aura du bleu (sur un thème de Léo)

Tant qu’il y aura du bleu

Dans l’ombre des montagnes de lune,
Dans les rires des enfants fleurs,
Dans les arbres nés de l’orage,
Dans les dix-huit mètres de la reine fourmi,
Dans le frisson d’un regard de nuit,
Dans la première rose du printemps,
Dans les nuages qui s’enlacent,
Dans les étoiles de nos frères,
Dans les poumons de l’arbre du jardin.

Dans le sable de tes yeux nus,
Dans l’herbe de ta chevelure,
Dans le miel de ton sourire,
Dans l’arrondi de tes planètes,
Dans le rouge de ton souffle,
Dans le secret des tes hanches
Dans les papillons sur ta vie,
Dans l’harmonie de ton plaisir
Dans tes mains d’infini.

Tant qu’il y aura du bleu…

Dans le coeur de nos fils…

Inspiré par un morceau de mon fils Léo…

A mes parents

« Coucou mon petit papa. Aujourd’hui c’est l anniversaire de notre petite maman et de ta femme. Une période spéciale mais qui paradoxalement nous fait penser encore plus a elle et la fait vivre encore plus fort dans nos cœurs. Je sais que tu dois être triste mon papa mais repense a tout ces bons moments que nous avons passés ensemble dans cette belle famille que vous avez fondés tout les deux, nos parents adorés.

Je t’aime papa…je t’aime maman… »

Inoubliables

Il est vrai
Nul ne pourrait
Oublier ces corps
Uniques, entremêlés
Bleus d’amour et d’eau
Libres comme le fluide.
Ils étaient Nous,
A travers les espaces
Balayant nos maux.
La pure ivresse,
Elle ruisselait de Nous
Suintant de cette envie d’aimer toujours.

Share This