Sélectionner une page

Emirelo…
Entre le gris et le bleu…

Votre poitrine

Que j’aime votre poitrine. Dans la douce chaleur se raidir, entre deux plaisirs…s’enfouir…

Champ de Mars

J’ai sur sur le champ de Mars, croisé Venus…

Sur les fleurs

Sur les fleurs parachutes
souffle petit garçon
et sauve l’âme de nos feuillages…

Vent de mars

Je t’aime comme
ce vent de Mars.
Toujours plus fort…

Mulove

Mulove est un fleuve au corps de femme…le courant de ma vie coule en lui…

Un peu plus loin

Je repars d’un peu plus loin…à chaque semonce…

Alternative

Alternative à la colère…la douceur de l’arbre,
seule l’écorce reste rugueuse…

Sourire d’étoile

Un sourire d’étoile..comme une lumière refuge
Un espace bleu simple et beau.
Il ne peut être perpétuel mais il doit continuer à exister…
sinon je n’existerai plus, moi non plus…

Aimant

Si mon encore est absent.
Bientôt il sera toujours toi.
Alors aime mon âme.
Je suis ton aimant…

Mulove

Mulove est un champ de bleus…Sous la courbe des orages…Un message accroché au coeur…

Asli

Asli bleue
Sous tes talons de pluie
Les pavés de Senlis
Illuminés d’Amour.

Asli

Allons voir ensemble
Si sur le chemin bleu
L’amour est la réunion
Infinie de nos mains.

Asli

A mon Amour
Soleil bleu
La vie avec toi,
Infinie.

Asli

Arrondis mes jours
Sublime mes nuits
L’amour de toi,
Invincible…

Asli

Askim
Seni Seviyoroum
L’Amour
International.

Asli

Ancrons nous
Sur fond bleu
Loin de ce présent
Invraisemblable.

Asli

A mon amour,
Sur le ciel j’écris
Le bonheur de ton corps
Ivre sous mes doigts.

Asli

Aspire moi
Spirale brune
L’ardoise ricoche
Infinie..

Asli

A ma femme…
Sublime,
L’histoire de de notre Amour
Infini.

Asli

A saupoudrer ma couleur
Sur des sentiers éphémères
Les récoltes naissent
Improbables.

Inoubliables

Il est vrai
Nul ne pourrait
Oublier ces corps
Uniques, entremêlés
Bleus d’amour et d’eau
Libres comme le fluide.
Ils étaient Nous,
A travers les espaces
Balayant nos maux.
La pure ivresse,
Elle ruisselait de Nous
Suintant de cette envie d’aimer toujours.

Mes derniers mots…

Toujours par trois

Sombrer

Au large des maux, l’immense solitude. Et dans l’absence des doigts, n’existe plus que la couleur du froid, unique et poignante dans cette poitrine enfoncée de côtes perdues…

Sous le nous parfait, se recueillent les cendres encore tièdes de mes poésies aliénées par l’envie, témoignages de cet amour au futur qui s’enfuit…

Le plafond se fixe à mes yeux, se rapproche inexorablement de ma bouche, ce gout de poussière m’est bien connu…

Je lui parle alors, de ces mots que l’on ne sait pas dire, de ces mots que l’on ne sait pas lire, de ces mots que je n’ai pas su écrire…

Et l’on se prend à croire en lui, à se damner comme ils disent, oui juste encore un moment…

Pour que la fleur de vie revienne, pour qu’elle bourgeonne sur ce corps atrophié d’un cœur, pour que la boite reste entrouverte, le temps d’un ultime sourire…

Je prononce une dernière fois ton nom.

Récif

Dans la morte impatience
La fuite révolutionnaire
Et le trouvère sans mémoire.

Dans l’oubli bleu
Le masque d’un trou au ventre
Et le triste empire.

Dans un précipité d’extase
Les rejets de l’autre
Et les vagues impures.

« How i made my millions »


 

Dans le sourire des étoiles pourtant éteintes depuis un millénaire, je retrouverai tes yeux et cette poussière bleue déposée sur une fleur comme un cœur sucré à la recherche de l’infini.

 Leurs larmes lointaines baigneront nos corps unifiés et nous nous y scellerons comme ces forêts jumelles dont les feuilles d’automne ne tombent plus mais deviennent ciel.

Ces lumières divines se rejoindront en étreintes essentielles au-dessus de ce chemin de neige chaude où mûrira éternellement notre unique richesse.

 

Texte inspiré par la chanson

Musem

Tu me manques mon amour…Mais le vent siffle fort pour me rappeler que bientôt tu vas revenir dans mon ciel. 
Je n’ai pas menti à l’enfant. Tu es l’étoile devenue Muse…
Pour que de mes mots je raconte l’inaccessible…
Pour que de mes doigts je caresse la peau de tes contrées…

Mon être tremble de ce temps qui nous sépare, mais tu veilles en moi Musem, alors je te regarde dans mon cœur.
Je nous vois…
Je nous aime…
Je t’aime…
Je te vois…
Oh mon amour…
Un soleil bleu nous réunirait pour toujours et je me crèverais les yeux juste pour le deviner dans la nuit éternelle…
Ensuite, un seul de tes sourires me redonnerait vue…

Tu es Musem, l’unique attente…
Le baume sensuel de mon cœur perdu…sans toi, sans nous…

Premières missions

Résoudre la beauté infinie
dans les yeux du premier regard

Suspendre l’air pur d’un enfant
dans le frisson du premier instant

Partir pour l’avant nous
Le premier temps de l’imparfait

Revenir de l’après nous
Pour le premier arc en ciel bleu

Définir le véritable bonheur
Dans le premier soleil de ton sourire

Fluidifier les moments inséparables
Dans les souvenirs du premier baiser 

Inoubliables

Il est vrai
Nul ne pourrait
Oublier ces corps
Uniques, entremêlés
Bleus d’amour et d’eau
Libres comme le fluide.
Ils étaient Nous,
A travers les espaces
Balayant nos maux.
La pure ivresse,
Elle ruisselait de Nous
Suintant de cette envie d’aimer toujours.

Au fond de moi

Sur des femmes aveugles
cheveux collés au ciel
atrophiant l’espace désespoir.

A dessiner sans douleur,
les bras écarquillés,
les seins maquillés.

Vibrant d’ivresse libre
moignon de mon coeur,
où repoussera l’iris.

Aux branches de mon corps
elle sera fleur vision,
je la retrouverai…

Absence

L’absence de ton corps
Sans nouvelle de ton cœur.
Comme une profonde entaille
Dans les veines
D’un arbre millénaire,
Trace d’un univers sans toi.

 

 

Ma planète Elle

Sur le chemin d’air
une porte de nuages.
A l’orée de la soif,
je m’approche enfin.

De ce coeur aux lèvres
de fleurs endormies,
l’amour à l’horizon
a déposé un pétale.

La rosée, crime nécessaire
fuite au travers du ciel
de mes doigts à cran
en manque de manque.

J’étouffe encore de tristesse
le temps figé se moque, à l’extérieur.
Mais Vénus reste une femme sublime
par la magie de tes cheveux noirs.

Asli

A ma femme…
Sublime,
L’histoire de de notre Amour
Infini.

Asli

Aslim
Soleil
Long et bleu
Irréel.

Asli

Aimons Nous,
Simplement,
Langoureusement,
Infiniment.

Asli

A nouveau
Sur le bleu
La vie,
Immobile.

Asli

A saupoudrer ma couleur Sur des sentiers éphémères Les récoltes naissent Improbables.

Asli

Arrondis mes jours
Sublime mes nuits
L’amour de toi,
Invincible…

Asli

Autrement
Sur le lit
L’amour est empreinte
Il vit par nos corps…

Asli

A tourner en bleu
Sur les feuilles de ton cœur
Le soleil…c’est ma poésie
Illuminant ton sourire.

Asli

A notre enfant
Si magnifique
L’amour c’est lui,
Immense.

Asli

Au bleu de ton rire
Sur la rosée, fêtes lèvres
Le long de tes courbes
Il vit là, mon Amour

L’équation

L’équation amoureuse :
41 = 38 + …

Alternative

Alternative à la colère…la douceur de l’arbre,
seule l’écorce reste rugueuse…

Chaque jour

Au lever de chaque jour,
La femme bleue,
La flamme bleue,
Signe de vie…

Vent de mars

Je t'aime comme ce vent de Mars. Toujours plus fort…

Le temps

Il y a les heures et les minutes, puis l’instant de ce rendez-vous….Rendez le Nous…

Pour juste se revivre.

Tout

Tout, comme il n’y a qu’une seule Harikam…

Sur le mur

Sur le mur tu as écrit ton amour, alors dans mon coeur, j'ai écrit ton nom...

Beautiful

Beautiful...Foule de mon âme... Me perdre en vous...

L’Abricoeur…

Un dernier tour Comme un Tout Vers l'ultime demeure L'Abricoeur...

Mulove

Mulove, enfle mon ventre de ton or…

Vivre bleu

Sur notre soleil Une simple demeure Pour être deux Et ne vivre bleu Réunis et sereins Bercés par nos yeux Éternellement Amoureux...

Au fond de moi

Sur des femmes aveugles
cheveux collés au ciel
atrophiant l’espace désespoir.

Délire radiophonique

A la radio, j’écoute l’histoire, d’une oreille. La voix me paraît alors trop lente et essoufflée comme dans une recherche perdue d’avance du meilleur pour éviter la triste fin inéluctable. Bercé par le timbre monocorde, j’aperçois les jardins et leurs arbres aux...

Sombrer

Loin des maux, se ressent la solitude. Et dans l’absence des doigts, n’existe plus que la couleur du froid, unique et poignante dans cette poitrine enfoncée de côtes perdues…

Limites insondables

Des aurores mouillées, aux rouges tiges suspendues. Le vert des yeux se manque d'un reflet. Juste de l'huile de visage, Sur une marque restée solitude. De proches intérieurs disparus.

Marque lumineuse

J’éclairerai de tes yeux matin
un amour pour chaque instant…

S’aimer

Au phare du néant,
j’ai croisé une étoile
aux cheveux de pluie
les espoirs dénudées…

Ma planète Elle

Sur le chemin d'air une porte de nuages. A l'orée de la soif, je m'approche enfin. De ce coeur aux lèvres de fleurs endormies, l'amour à l'horizon a déposé un pétale. La rosée, crime nécessaire fuite au travers du ciel de mes doigts à cran en manque de...

Inoubliables

Il est vrai
Nul ne pourrait
Oublier ces corps
Uniques, entremêlés…

L’oiseau bleu

A lui donner la couleur
tu es la couleur
tu es bleue…

Mes textes, mes petits mots, Asli...

Asli

A mon Asli
Seni seviyorum
Le long d’un bleu
Infini.

Asli

A toi
Sur le bleu
L’amour
Infini.

Mon unique

Tu garderas mon souffle
Pour attiser le soleil…

Hugo

Mon frère, il parle aux oiseaux avec ses mains…Hugo, 3 ans

Asli

A écrire
Sur ta peau
L’amour
Infini.

Asli

A nouveau
Sur le bleu
La vie,
Immobile.

L’orange

Je mange une orange. Mais un ange me dérange..

Devenir

J'ai besoin de t'écrire, Pour devenir...

Asli

Askim
Seni Seviyoroum
L’Amour
International.

Asli

A mon Amour
Soleil bleu
La vie avec toi,
Infinie.

Asli

A notre enfant
Si magnifique
L’amour c’est lui,
Immense.

Asli

Attrape une fleur
Sur mon cœur
Le temps d’un parfum
Infini.

Asli

Aslim
Soleil
Long et bleu
Irréel.

Asli

A tourner en bleu
Sur les feuilles de ton cœur
Le soleil…c’est ma poésie
Illuminant ton sourire.

Asli

A ma femme…
Sublime,
L’histoire de de notre Amour
Infini.

Aujourd’hui

J’ai troqué ma plume bleue pour une parcelle d’ombre noire…

« Aslim…Merci… »

Une ode d’amour à la muse infinie que tu es…C’est cette quête que je dois poursuivre, je l’ai compris dans cette souffrance, ce manque terrible.

Cette dimension, j’en avais besoin…Je me suis réfugié dans cette création comme pour nous ressentir dans ce mélange de nous où tu es sublime…Dans une émotion, même trop intense, irréelle de beauté…Celle que l’amour peut donner au delà de toutes contraintes…La pureté…

Dans ces images que j’ai visionné des dizaines de fois, il y a toute cette beauté…Je ne pouvais que m’en inspirer…

Je t’aime ainsi et je voulais tellement te le montrer,  je t’aime à la folie de mes larmes bleues…

Tu es maintenant le film d’Emirelo…Une film d’amour, pour toujours…

Share This