Sélectionner une page

Le seul monde

Avec pour seul espace un souhait cambré, 
je deviens pêcheur de planètes doubles. 
Ces rondeurs m’enivrent 
comme celles d’un univers à  genoux. 
Aux courbes de tes seins 
me satelliser. 

Je ne veux que paraître et disparaître 
mais autour de toi. 
Tu es lumière rouge, je suis le loup.
Je lape le pot de beurre 
pour entendre ta sueur. 

Je griffe les anges
empêcheurs de ronds. 
Le bleu c’est Nous. 

Les continents attachés aux barreaux du lit 
j’aime ça ! 
Embrasse-moi entre j’aime ça ! 
Je nous ressens ressac, 
le ciel sur moi 
c’est ton cœur violet.
Je t’aime,
Simplement. 

Je me tranche une oreille
j’attrape ton sourire 
tartine unique 
à  partager couchés 
dans les ronces sans botte. 

Baignés dans la lumineuse verte 
tes yeux sont dentelles, 
ta voix a le gout du lait. 

De tes fesses salées de grandes marées, 
je suis le donjon. 

C’est le seul monde possible.

Share This